dimanche 29 avril 2012

"On n'a rien vu venir"


Alice Editions 2012
L'histoire:

Lundi 4 juin, soir des élections, Hector accompagne les chants victorieux, "Le pays libéré de la vermine", sans vraiment se rendre compte de l'enfer qui va suivre...  et qui va toucher toutes les familles de son quartier, de son pays.  Et les changements ne tardent pas à se manifester.  Le Parti décide de tout: de ce que vous pouvez ou non manger, des chansons que vous pouvez ou non chanter et du nombre de décibels que vous ne pouvez dépasser, de la couleur des vêtements à porter, de l'heure à laquelle vous réveiller, etc.  A l'école, les élèves sont classés par niveau de docilité et des Vigilants veillent à faire respecter le nombre incalculable de nouvelles règles.  Des caméras sont installées au sein des familles "à risques".  Pire, le pouvoir en place encourage la délation; tout ceux qui dépassent le nuancier des couleurs sont renvoyés dans des pays où ils n'ont jamais mis les pieds; les handicapés sont placés dans des centres adaptés; les homosexuels, dans des centres de rééducation morale...  Et pourtant, personne n'avait rien vu venir...   Petit à petit, la résistance s'organise.

Mon avis:

Dans la préface d'un recueil de témoignages et réflexions sur la lecture (1), les directeurs de l'école des loisirs, Jean Delas et Jean-Louis Fabre, écrivaient ceci:

"Connaissez-vous deux verbes plus proches que lire et élire?  Connaissez-vous deux mots plus proches que lecteur et électeur?
C'est souvent en ces temps d'effervescence politique que l'on comprend le mieux le lien vital qui existe entre lecture, éducation, liberté et donc...  démocratie."

Ce récit s'inscrit également dans cette philosophie: "De l'enfant lecteur au libre électeur".

Comme l'écrit Stéphane Hessel dans la préface de "On n'a rien vu venir":

"N'attendez pas de devenir des adultes!  Aujourd'hui, déjà, vous avez le pouvoir de dire non à ce qui ne vous semble pas juste, de vous indigner face à ce qui vous révolte, de faire preuve d'esprit critique vis-à-vis de ce que vous lisez, de ce que l'on vous donne à regarder à la télévision.  (...)  Il n'est jamais trop tôt pour s'engager." 

La sagesse populaire retient d'ailleurs cette citation célèbre: "Si tu ne t' occupes pas de politique, la politique s' occupe de toi".

Avec des mots simples mais des images fortes, les sept auteures de ce récit mettent en garde contre les partis qui avancent masqués...  Si l'on n'y prend garde, si on se laisse bercer par des propos démagogiques, populistes, on peut mener démocratiquement au pouvoir un parti qui ne l'est pas!

"Ils promettaient du nouveau, une société en mouvement, ça m'a plu.  Si j'avais su..."

Ce texte comporte donc une préface rédigée par Stéphane Hessel, ancien ambassadeur, ancien déporté, ancien combattant de la France libre, écrivain et poète qui a participé à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme; sept chapitres rédigés par sept auteures de talent: Anne-Gaëlle Balpe, Clémentine Beauvois, Sandrine Beau, Agnès Laroche, Séverine Vidal, Fanny Robin, Annelise Heurtier et un épilogue rédigé par Séverine Vidal.

Le changement de plume ne nuit en aucun cas à la fluidité du récit.  Les récits s'entremêlent et les personnages sont tous liés.  Le tout forme donc un ensemble cohérent, agréable à lire.

Les illustrations d'Aurore Petit (vous pouvez les découvrir sur le blog de l'illustratrice), en noir et rouge, apportent encore davantage de poids à ce qui est dit. 

A l'issue de la lecture de cet ouvrage où chacun se sentira à un moment ou l'autre personnellement concerné, on ne peut que s'interroger sur nos choix et nos non-choix... 

Comme le dit Sacha, un des enfants-narrateurs de l'histoire,

"Ca me fait penser à ce qui est écrit dans mon livre d'histoire.  Pourtant, le chapitre se finissait par "plus jamais ça".  Ca avait l'air si évident."

Et si nous aussi on ne voyait rien venir!

En conclusion:
7 auteures
7 chapitres
7 familles
7 enfants
7 fléaux engendrés par un état totalitaire
qui a volé le mot "Liberté".

Un livre engagé à mettre entre de très nombreuses mains!


Avec ce titre, je participe au challenge


(1) Lire est le propre de l'homme - Témoignages et réflexions de cinquante aurteurs de livres pour l'enfance et la jeunesse, école des loisirs, 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...