mardi 1 mai 2012

No pasaran 1 - Le Jeu



L'histoire:

Andreas, Eric et Thierry sont trois amis férus de jeux informatiques de guerre et de stratégie.  Lors d'un voyage à Londres avec leur classe, ils s'éclipsent et découvrent une boutique de jeux incroyable.  Mais, lorsque le vieil homme qui tient le magasin aperçoit l'insigne sur le blouson d'Andreas, il devient tout à coup livide et l'empoigne en criant: "Ca ne finira jamais..."  Andreas sorti, le vieil homme un peu calmé leur demande s'ils savent ce que représente cet insigne, leur tend un paquet, un jeu auquel ils n'ont jamais joué", et leur ordonne d'y jouer avec leur ami, "s'il n'est pas déjà trop tard"...


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir!)
Mon avis:

Cette bande dessinée est adaptée du roman jeunesse de Christian Lehmann, paru en 1996 dans la collection médium des éditions de l'Ecole des loisirs.  Ce titre, à l'époque, m'avait particulièrement interpellée.  Nos trois joueurs sont conviés à une expérience ultime: vivre de l'intérieur les conflits auxquels ils jouent virtuellement.  Avec à la clé, la prise de conscience que la guerre ce n'est pas un jeu!  Une fois qu'on a REELLEMENT vécu de tels drames humains, on ne peut plus jouer de façon aussi détachée, en dégommant comme si de rien n'était toutes ces vies virtuelles. 

"Depuis la nuit des temps, la race humaine a pris part au jeu le plus excitant, au jeu le plus dangereux, au jeu le plus prestigieux.  Ce jeu ancien, ce jeu fascinant, est l'ultime jeu.  Un jeu de conquêtes et de souffrances...  un jeu de victoire et de mort.  Etes-vous assez courageux pour affronter l'experience ultime?"

On bascule également dans cette histoire dans le genre fantastique.  En effet, le jeu confié par le vieil homme tenait sur une disquette.  Or, lorsqu'ils l'insèrent dans leur ordinateur, les héros se retrouvent face à un jeu d'une qualité incroyable, défiant ce qu'il y a de mieux dans le domaine tant dans le graphisme que dans les modes de jeu (corps à corps, stratégie, jeu ultime) et les scénarios proposés inspirés des grands conflits qu'a connus l'humanité (guerres napoléoniennes, guerre du Vietnam, guerre d'Espagne, seconde guerre mondiale, ...).  Malgré leurs interrogations et leurs craintes, leur curiosité est la plus forte et ils vont ignorer l'avertissement.  Ensuite, les évènements vont allez de mal en pis. 

Il s'agit ici du premier épisode de l'histoire.  Dans le roman, il reste à ce moment-là encore une centaine de pages.  C'est d'ailleurs ce qui me chagrine un peu ici et qui constitue tout le défaut des séries en plusieurs épisodes en général.  Pour apprécier l'histoire dans sa globalité, il faut attendre d'avoir l'ensemble des tomes.  Mais je conçois tout à fait que lorsque l'intrigue est dense, comme ici, il est difficile de la réduire davantage au risque de perdre l'essentiel!

D'ailleurs, même si les auteurs ont particulièrement soigné le scénario de cette bédé, je dois avouer que je suis heureuse d'avoir lu le livre auparavant.  Je ne suis pas certaine que j'aurais pu suivre aussi facilement sans cela.  En effet, on a droit, sans avertissement par un encadré ou quelque autre procédé que ce soit, à de nombreux flashbacks dans le passé et même dans le jeu.  Ces allers et retours dérouteront peut-être les lecteurs. 

Quant aux dessins, ils sont assez soignés même si parfois certains visages restent assez flous.  J'ai particulièrement apprécié la game des couleurs, des couleurs plutôt pastel, avec quelques touches de rouge aux moments opportuns.

Pour voir les premières planches, c'est ICI.

Où se situe la frontière entre le réel et le virtuel?  Etes-vous assez courageux pour affronter l'expérience ultime?  Telles sont les questions essentielles de ce tome.  Pour y répondre, foncez sur cette bédé ou...  lisez le livre!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...