mercredi 5 août 2015

Lucile Finemouche & Le Balafré tome 1 - La dimension chronogyre

Actes Sud Junior, juin 2015



"Il y a une seconde à peine, elle naviguait dans un monde stable où l'incertitude se limitait aux interrogations qu'elle listait dans son carnet.  Une seconde était passée.  Et voilà qu'un fantôme lui apportait une tasse de thé.  Rien ne serait plus jamais comme avant. Mais sur quoi s'appuyer maintenant ?"

Lorsque les détectives de l'agence 3ID*, Lucile Finemouche et son acolyte, Le Balafré, répondent à l'appel d'Agatha Holmes, la célèbre auteure de romans policiers à qui l'on vient de dérober le dernier manuscrit, ils s'attendent à une enquête comme les autres.  Pourtant, très vite, les voilà plongés dans des mystères qui les dépassent... Et, pour couronner le tout, leur concurrent de toujours entre lui aussi en lice, avec une nouvelle affaire à la clé, celle du manuscrit retrouvé et modifié !  Il en faut cependant plus pour décourager Lucile et son associé. 

Après avoir suivi Juliette Vallery dans ses aventures pour les plus jeunes avec les séries Patabulle et Les Pops, je la découvre avec intérêt dans ce nouveau titre. Elle n'est cependant pas seule dans ce projet.  On a affaire ici à un trio de talents avec Juliette Vallery et Annabelle Fati pour le texte et Yomgui Dumont pour les illustrations.

On pourrait craindre a priori qu'une telle collaboration à trois n'aboutisse pas à un ensemble homogène.  Il n'en est rien. Bien au contraire, ce travail collectif offre au final une galerie de personnages hauts en couleur ainsi qu'un scénario particulièrement bien ficelé, riche et dense, notamment soutenu par un habile mélange des genres.

Le lecteur plonge ainsi dans une affaire policière qui vire très vite au fantastique. Le majordome fantôme donne le ton mais on ne s'arrête pas là.  Il est aussi question d'objets de pouvoir placés sous la garde de familles, les "Objets chronomanciens" qui contrôlent chacun un aspect du Temps, ce qui suscite bien des convoitises.  Ainsi, celui qui possède le Chronogyre peut figer les êtres qui l'entourent tout en gardant sa liberté de mouvement.

Dans cet univers, les apparences sont plus que jamais trompeuses et chacun - lecteur compris - est amené à ouvrir son esprit afin d'apercevoir ce qui se cache de l'autre côté du miroir. En cela, l'intrigue peut paraître quelque peu ardue par moments. Mais à lire entre les lignes, le lecteur perspicace découvrira les indices laissés par les auteures. En prime, dans un dossier confidentiel  bonus, en fin d'ouvrage, il pourra assouvir sa soif de curiosité en parcourant toute une série de documents permettant de mieux comprendre ce qui se trame autour de la famille Holmes. 

Y sont également présentés les clés de plusieurs codes utilisés par les protagonistes.  De quoi donner l'envie de se mettre dans la peau de nos détectives ou, tout le moins, de les suivre dans leurs prochaines aventures. Surtout que ce premier volet se termine sur une révélation de taille concernant l'un des personnages.  Celle-ci laisse donc présager une suite des plus captivantes !

Avant de penser au 2e volet, revenons quelque peu sur les autres ingrédients qui rendent ce premier tome plus qu'intéressant.  




Il y a d'abord ces magnifiques illustrations en noir et blanc qui confèrent au récit une atmosphère digne des récits d'Arthur Conan Doyle. Ce côté quelque peu rétro est contrebalancé par les gadgets à enquête futuristes dont est friand Le Balafré : rétro-lunettes pour voir derrière la tête, stylo craqueur de codes, loupe analytique qui grossit tout indice lié à l'affaire en cours, etc.  

Ensuite, il y a ces très nombreux clins d’œil à la littérature policière et fantastique.  Pour exemple, l'excentrique romancière s'appelle Agatha Holmes ; son chat, Hercule ; sa nièce cleptomane porte un chapeau que n'aurait pas renié le chapelier toqué ; comme pour le porteur de l'Anneau, le porteur illégitime des Objets chronomanciens en subit l'influence néfaste ; les gadgets à enquête ont comme un air de parenté avec certains objets mythiques du monde de Harry, la technologie en sus ; etc. 

Enfin, outre les illustrations qui émaillent le texte, la mise en page réserve une grande variété typographique, ce qui rend la lecture particulièrement ludique. 




Bref, tout est pensé pour que le lecteur s'embarque sans difficulté dans cette enquête un brin déjantée.  La galerie de portraits qui ouvre l'ouvrage permet de définir d'emblée qui est qui.  Une fois les présentations faites, on est partis pour l'aventure avec très peu de temps morts.  Le rythme est en effet particulièrement soutenu, laissant peu d'occasions aux héros de s'interroger sur ce qu'ils vivent. Tout au plus prennent-ils le temps de déguster un "mystère au café" chez Fredo...

Mais au fait, c'est quoi un "mystère au café" ?

* "Investigation Discrète, Indices Décisifs, Intrigue Dénouée"

Pour aller plus loin :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...