mardi 22 novembre 2016

Un sale livre

Un sale livre peut-il être beau ?  Telle est la question que me pose Frank Andriat dans la dédicace qu'il a eu la gentillesse d'apposer à mon intention au début de son dernier titre en date.

Pour certains personnages de ce récit, la réponse est clairement non.  Il faut dire que le titre Rien, Nadir que Karine Latour propose à ses élèves de 3ème déchaîne les passions.  Et la polémique enfle à la vitesse grand V.  Élèves, parents, collègues, tout le monde y va de son avis.  Pour quelles raisons ce livre pourrait-il être mis à l'index ?  Est-ce parce qu'il raconte sans fard ni fioriture l'histoire de Nadir, un jeune réfugié syrien qui fuit les horreurs de son pays ?  Est-ce parce qu'il choque, dérange, interpelle, bouscule les petites vies pépères de certains ?  Est-ce parce qu'il remue toute la boue brassée par les extrémistes de tout poil et nous renvoie à nos propres contradictions ?  

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne laisse pas indifférent!

Avec ce titre, fidèle à ses thématiques fétiches, l'auteur nous embarque dans un double récit où se bousculent les points de vue.  Un leitmotiv cependant : l'ouverture à l'autre et le respect de la différence. Parallèlement à ces questions, on a droit à un véritable débat sur la littérature en général et ce qui fait un "bon" livre en particulier. Celui-ci ne laissera pas indifférent les lecteurs éclectiques que nous sommes puisque s'y opposent les défenseurs de la grande littérature qui clouent au piloris la littérature jeunesse qui n'a selon eux pas passé l'épreuve du temps et ceux qui pensent qu'un bon livre est avant tout un livre qui apporte l'ivresse, peu importe qu'il fasse ou non partie des classiques. Inutile de vous dire dans quelle catégorie je me situe !

Dans sa forme, ce titre plaira également par son découpage narratif : chaque chapitre correspond à un point de vue d'un personnage et le dernier, quant à lui, propose une confrontation des visions afin que le lecteur puisse se forger sa propre opinion.  Autre idée intéressante, c'est cette mise en abyme.  Le lecteur découvre une histoire où les personnages lisent un livre dont on découvre progressivement des passages.  On a ainsi deux histoires pour le prix d'une. Les deux s'imbriquant à merveille pour donner corps à l'intrigue.

Le fan des ouvrages de Frank Andriat y retrouvera également plusieurs clins d’œil à un autre de ses personnages, Bob Tarlouze.

Bref, un bien beau sale livre qui ouvre le débat et fait réfléchir sur plus d'un sujet !

Pour aborder cette lecture avec vos élèves, retrouvez le dossier pédagogique concocté par mes soins sur le site de Mijade : http://www.mijade.be/jeunesse/telechargements/


1 commentaire:

  1. J'ai commandé le tome 4 des aventures de Bob Tarlouze, mais je ne connais pas celui-ci. Je retiens... Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire, c'est toujours sympa...